Nos services



Nos éditions, Sciences et Techniques


Ce quatrième volume traite uniquement de minéralogie. Sujet encore jamais abordé dans les numéros précédents de Sciences etc.

 

Musée des Sciences | Une donation exceptionnelle

 


 

La douane de Bretagne a remis au Musée des Sciences de Laval un ensemble d’objets et de spécimens saisis par leurs services depuis 2008.

 

 


Une vingtaine d’objets comprenant des spécimens naturalisés, du corail, des objets en ivoire, des peaux compose cette donation exceptionnelle. Elle est le résultat de plusieurs saisies effectuées depuis 2008 en Bretagne par les services des douaniers.

 


 

Le commerce et le transport de ce type de marchandises sont strictement réglementés par la Convention de Washington relative à la protection des espèces menacées. La production d’un certificat CITES correspondant aux marchandises transportées est obligatoire et permet d’attester de la légalité du transport. Les détenteurs des marchandises n’ont pas été en mesure de présenter de document justifiant de leur situation régulière.

 

 

 

Le trafic illégal des espèces animales et végétales menacées d’extinction est la deuxième cause de leur disparition après la destruction de leur habitat naturel. En raison de son implantation géographique nationale sur les ports, aéroports et grands axes de circulation, la douane occupe une position stratégique pour faire appliquer la réglementation concernant les espèces menacées. celles-ci sont considérées comme des produits sensibles, au même titre que les stupéfiants ou les contrefaçons.

 

 

Chambre photographique au collodion

Chambre photographique au collodion

 

Cette chambre photographique au collodion a appartenu à plusieurs générations de photographes lavallois. Ce bien a été donné à Bernard Montezin par Eugène Espinal, unique fils de José Espinal. José Espinal (1887-1969) était photographe à Laval. Il arrête son studio photographique en 1951.

Cet objet a été donné au Musée des Sciences par Bernard Montezin en avril 2013 et a reçu un avis favorable de la commission d’acquisition de la DRAC en décembre 2013.

Chambre photographique de studio

Chambre photographique de studio

 

Cette chambre photographique a appartenu à plusieurs générations de photographes lavallois. Le dernier, José Espinal (1887-1969), l’a utilisé jusqu’à ce qu’il arrête son studio photographique en 1951. Ce bien a été donné à Bernard Montezin par la femme de José Espinal, en accord avec son fils, lors du décès de José Espinal.

Cet objet a été donné au Musée des Sciences par Bernard Montezin en avril 2013 et a reçu un avis favorable de la commission d’acquisition de la DRAC en décembre 2013.

La collection d’ostéologie actuelle

Squelette de cigogne

Ciconia ciconia (Linnaeus, 1758)

Cette collection contient un demi-millier de pièces dont des montages de squelettes entiers, des crânes et des ossements de divers d’animaux (essentiellement des mammifères et des oiseaux). Cette collection a été récemment enrichie de 4 squelettes humains  : squelettes d’Anne d’Alègre et de son fils, Guy XX, dernier comte des Laval, le squelette d’un Gaulois trouvé dans une grotte à Voutré et enfin un squelette daté de plus de 1 000 ans trouvé à Saint-Denis-d’Anjou. Ces quatre squelettes sont en cour d’étude.

Notons dans la collection les crânes d’un éléphant d’Asie, de trois hippopotames, de deux dauphins, ou encore les squelettes entiers d’un cygne tuberculé, d’un aigle pygargue, d’un python, d’un bébé humain…

Le squelette ici représenté est celui d’une cigogne blanche [Ciconia ciconia (Linnaeus, 1758) ; ML-OST-A-0306] daté de 1884.

La collection de poissons

Rousette

Scyliorhinus canicula

C’est une petite collection riche de 39 spécimens. Certains spécimens sont naturalisés (roussette, anguille, baudroie commune, hippocampe, syngnathe…) d’autres sont dans de l’alcool (truite, perche, brème…). Notons la présence de poissons exotiques tels que le diodon, le poisson coffre, le poisson verre ou encore un poisson volant.

Le poisson ici représenté (ML-ZOO-P-001) est une roussette [Scyliorhinus canicula (Linné, 1758)]. C’est l’une des plus petites espèces de requins, qui vit dans l’océan Atlantique et dans la mer Méditerranée.

La collection malacologique

Pteroceras

Le Ptérocéras - Pterocera aurantia Lamarck

Le musée contient une importante collection de mollusques (environ 7 000 spécimens) recueillis essentiellement dans les années 1880-1890, dans les quatre coins du globe. Trois collections sont bien identifiées :

* La collection Fischer-Œhlert qui contient des échantillons de brachiopodes récoltés lors des expéditions scientifiques de 1880, 1881, 1882, 1883 sur le Travailleur et le Talisman et en 1886, 1887, 1888 sur le yacht l’Hirondelle du prince Albert 1er de Monaco.

* La collection Monterosato dont la plupart des échantillons a été récoltée en 1884 dans les mers italiennes (Palerme, Naples…)

* La collection Félix Daniel qui est constituée de spécimens collectés sur les côtes françaises (Brest, Saint-Quay, Lion sur mer…) entre 1883 et 1885.

Le Ptérocéras (Pterocera aurantia Lamarck, 1822) ici représenté a été prélevé dans l’Océan Indien.

La collection mammologique

Louve

La louve

Cette collection de mammifères naturalisés provient pour l’essentiel, du cabinet d’histoire naturelle de M. Griveau et de la collection de Monguyon. Elle comprend une centaine d’espèces naturalisées. On retrouve essentiellement des mustélidés mayennais (loutre, blaireau, fouine, martre, belette, hermine, putois, furet, vison d’Europe), des rongeurs (ragondin, rat musqué, campagnols…), des insectivores (hérisson, taupe…), un phoque moine, un puma, mais aussi une des espèces emblématiques du musée : une louve et trois louveteaux. La plupart de ces espèces sont aujourd’hui des espèces protégées en France avec un statut particulier pour le phoque moine qui est considéré comme une espèce en danger critique d’extinction ; il court un risque extrêmement élevé d’extinction à l’état sauvage.

La louve (ML-ZOO-M-071) ici représentée est un des derniers loups ayant vécu en Mayenne. Elle a été tuée vers les années 1885 dans la forêt de Mayenne.

La collection ornithologique

Loriot

Loriot mâle

La collection contient environ 700 oiseaux naturalisés dont la plupart proviennent de la collection Griveau (ces oiseaux ont été tués essentiellement entre 1880 et 1890). Le reste provient des anciens fonds du Lycée de Laval, de l’association Mayenne-Sciences et quelques naturalisations récentes.

Cette collection comprend essentiellement des espèces communes de la Mayenne, des espèces menacées d’extinctions en France (bongios nain, râle des genets, pingouin torda, guillemot de troïl et macareux moine) mais aussi des espèces exotiques (perroquets et perruches). A noter dans la collection, un fou de bassan mort d’épuisement au plan d’eau de Gué de Selle (Mézangers, Mayenne) en 1988, une cigogne blanche tuée par un chasseur en 1992 à Laubrières (Mayenne) ou encore un ibis falcinelle, espèce de passage très accidentel dans nos régions, tué en 1909 à Jublains (Mayenne).

Le loriot est l’un des plus beaux oiseaux que l’on peut trouver en Mayenne, bien qu’il soit très discret et difficilement observable. L’individu mâle (ML-ZOO-O-043) ici représenté a été naturalisé par M. Chartier le 4 juillet 1881.

La collection ostéologique préhistorique

Hyene des cavernes

Mandibule d'une hyène des cavernes (Crocuta crocuta spelaea)

Le musée conserve une très grande partie des ossements trouvés lors des fouilles anciennes (fin 19e siècle) dans les grottes mayennaises : grottes de Saulges (essentiellement Rochefort et La Chèvre), grotte du Rey (Saint-George-sur-Erve), grotte de la Roche (Louverné), couloir de Louverné et dans une ancienne carrière à Sainte-Suzanne. Les ossements sont essentiellement ceux de mammifères : mammouth de Sibérie, rhinocéros de Merck, rhinocéros de prairie, rhinocéros laineux, aurochs, bouquetin alpin, cerf mégacéros, cerf élaphe, chevreuil, renne, cheval sauvage, sanglier, loup commun, renard roux, ours des cavernes, ours brun, lion des cavernes, panthère, hyène des cavernes, blaireau, marmottes, écureuils… Quelques ossements d’oiseaux ont été également déterminés : buse féroce, harfang des neiges, oie des moissons, tadorne de Belon, harelde boréale, grand corbeau, harle bièvre…

La mandibule gauche (ML-OST-P-0007) ici représentée est celle d’une hyène des cavernes [Crocuta crocuta spelaea (Goldfuss, 1823)] trouvée dans la grotte du Rey.