Toute l'actualité



Nuit Européenne des Musées // 18 mai


Le MANAS se met à nu

18 mai 2019, de 17h à minuit

Dénudé, caché, exhibé, glorifié, sublimé, le corps est bien à l’esprit des créateurs hors les normes. Ils peignent sa distorsion et sa disproportion pour lui nouer une palette fantasque d’expression. Source d’inspiration, le corps est également à l’œuvre dans la création : un geste, un trait, révèle parfois la présence de l’artiste.

Corps en accord | Spectacle de danse

Entre ombre et lumière, les corps se mettent en mouvement sous l’impulsion du piano. Gestes et mouvements dialogueront avec l’œuvre colorée d’Ody Saban.

Spectacle de danse contemporaine par les élèves adultes du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Laval Agglomération

A partir de 22h

Le Cabaret | Théâtre d’improvisation

Le Cabaret de la TIR se joue avec quatre comédiens improvisateurs et un Maître de cérémonie. Des personnages vont prendre vie sous vos yeux pour répondre à vos questions : ils ont tous un passé qui les hante ou les réjouit, un présent qu’ils vivent chacun à leur manière ainsi qu’un futur… Mais de quoi sera-t-il fait ? La TIR vous dit tout !

Spectacle proposé par la Troupe d’Improvisation Rennaise (TIR)

19h30 et 21h

Dire le corps

Jouer avec les mots est un savant travail d’équilibriste. L’écrivain contorsionne la langue, anime le verbe et fait danser la parole. Pour la Nuit Européenne des Musées, ouvrez grand les oreilles, nous vous conterons d’incroyables histoires.

En partenariat avec le service de la Lecture Publique

19h30 et 20h30

La Classe, l’œuvre ! Exposition

Gardez le corps à l’esprit et laissez-vous porter par le récit intime de rencontres avec des œuvres. Le sentiment né de ce dialogue est insaisissable, fuyant, impalpable. Il est un échange silencieux entre l’artiste et le spectateur, mis en valeur par des collégiens en option art.

En partenariat avec les élèves de l’Immaculée Conception

Toute la soirée


Aide à la création plastique 2019


La ville de Laval octroie aux artistes ou collectifs d’artistes, une aide financière visant à favoriser la mise en œuvre d’un projet artistique dans le domaine des arts plastiques (peinture, sculpture, installation, photographie, performance, vidéo).

Cette aide est destinée à la réalisation d’une exposition. Elle peut également contribuer à la réalisation d’une œuvre d’art originale, l’édition d’un catalogue ou autre support de diffusion, l’aménagement d’un atelier de travail ou l’achat de matériel nécessaire à l’exercice de l’activité artistique.

Les bénéficiaires de cette aide sont les artistes (personne physique) ayant une activité régulière de création d’œuvres originales et justifiant de travaux ou expositions antérieurs ou les collectifs d’artistes, porteur juridique d’un projet artistique.

L’appel est ouvert à tous, quel que soit le lieu de résidence ou l’adresse du siège des demandeurs.

Pour être étudiés, les dossiers doivent comprendre :

une lettre de demande motivée,

un curriculum vitae précisant la formation et les expériences de l’artiste (ou la présentation de l’activité pour une association)

une documentation artistique

une présentation détaillée du projet

un calendrier de réalisation du projet

un budget prévisionnel du projet, considérant l’octroi d’une aide maximale de 5000 €

Les dossiers doivent être adressés en format papier, au plus tard le 1er septembre 2019, à :

Conservation des Musées de Laval

MANAS | Musée d’Art Naïf et d’Arts Singuliers

Vieux-Château

Place de la Trémoille

53 000 Laval

Renseignements : 02 53 74 12 30


Le Rousseau est un faux !


Le verdict vient de tomber : le tableau donné en 2017 comme étant une oeuvre du Douanier Rousseau est faux.

PETITE HISTOIRE D’UN FAUX

En août 2017, un donateur anonyme dépose à l’accueil du Musée d’Art Naïf et d’Arts Singuliers un tableau attribué au Douanier Rousseau intitulé Paysage avec pêcheur.

Le tableau était accompagné d’une enveloppe contenant un courrier dans lequel le donateur expliquait son geste et précisait sa volonté de rester anonyme. Était également jointe une photographie noir et blanc de l’œuvre portant, au verso, un certificat d’authenticité manuscrit signé de Dora Vallier, en date du 3 décembre 1995.

L’œuvre, par son iconographie et son traitement, peut être rapprochée d’autres paysages du sud-est parisien peint par Henri Rousseau. Celui-ci, en faction aux portes de la Ville, s’est fréquemment laissé inspirer par la banlieue champêtre.

Les motifs caractéristiques de son répertoire se retrouvent :

            Silhouettes des promeneurs et du pêcheur qui animent la scène

            Cheminée d’usine, symbole des progrès de l’ère industrielle

            Pont dominé par la ligne de collines fermant la composition

            Végétation aux formes élémentaires contrastant avec un arbre élancé au feuillage            délicat

            Palette à dominante verte

            Camaïeu d’ocres pour dessiner la ligne de colline et le tas de sable

L’œuvre porte, en bas à gauche, la signature « Henri Rousseau ». Au revers, sont collées deux étiquettes de galeries : l’une de la Galerie Charpentier pour l’exposition « Primitifs d’aujourd’hui » de 1964 ; la seconde de la Galerie A.M. Reitlinger.

Le donateur n’a fourni aucune indication de provenance de l’œuvre et, malgré les recherches effectuées, l’historique du tableau n’a pu être retracé.

L’absence de références bibliographiques et d’éléments probants sur la provenance laissait un doute sur l’attribution à Rousseau.

Dans le cadre de cette problématique d’authentification, la ville de Laval s’est rapproché du C2RMF, le Centre de Restauration et de Recherche des Musées de France, afin de procéder à une analyse scientifique afin de vérifier la cohérence des matériaux et techniques.

Suite aux différents examens effectués par le C2RMF (radiographie, examen au microscope, campagne de spectrométrie de fluorescence X), il est possible de conclure que le tableau n’est pas une œuvre d’Henri Rousseau :

            Le tableau a été peint sur une composition sous-jacente représentant un paysage du 19e siècle de style classique.

            La signature a été tracée avec du blanc de titane, pigment breveté en 1915-17 puis commercialisé dans les années suivantes, soit bien après la mort d’Henri Rousseau décédé en 1910.

            L’ensemble de la composition est le siège d’un réseau de fausses craquelures peintes.


Constance Boulay, Intimes Textiles // Exposition | 13 avril – 2 juin


Lauréate de l’Aide à la Création 2018 de la Ville de Laval, Constance Boulay concentre sa réflexion sur le souvenir et l’éphémère. Ses installations textiles rappellent des instants de vie, des restes d’intimités et des bribes de souvenirs. Son œuvre est un éloge de la lenteur : elle suspend le temps et célèbre la patience.

Intimes Textiles s’articule autour de la beauté de l’invisible, de l’insaisissable, du souvenir qui se fane. La contemplation des petits riens du quotidien est, pour l’artiste, un moyen de compréhension poétique de l’existence.

 

 

Visite commentée de l’exposition temporaire en présence de l’artiste

Dimanche 12 mai à 15h30

3,00€


Ody Saban // Exposition | 30 mars – 23 juin


Ody Saban, artiste inclassable flirtant avec le Surréalisme et l’Outsider art, évolue dans un univers graphique totalement inhabituel. Avec constance, elle bouscule depuis plus de quarante ans les schémas de la représentation et s’attache à développer une œuvre puissante où la couleur explose.

Refusant les conformismes, l’artiste s’est inventé une écriture toute personnelle qui malmène le regard et perturbe les codes. Cette peinture, revendiquée libre et travaillée comme en état de transe, ouvre la voie vers de nouveaux mondes dans lesquels les corps fusionnent tandis que des créatures hybrides s’imbriquent et que des rêves-désirs se laissent emporter par des bateaux imaginaires.

 

 

 

 

 

Catalogue de l’exposition

Ed. Ville de Laval, 2019

Textes de Laurent Danchin, Fabienne Dumont, Antoinette Le Falher, Françoise Monnin, Thomas Mordant, Ody Saban

109 p

25 €

Un livre et vous

Ateliers de création plastique en famille, à partir de 4 ans

Vendredis 12 et 19 avril, de 14h à 15h30

Gratuit, sur réservation au 02 53 74 12 30

Visites commentées

Vendredis 12 et 19 avril à 17h

Dimanches 14 et 21 avril à 15h30

Dimanches 5 et 19 mai à 17h

Dimanches 9, 16 et 23 juin à 15h30


Visites thématiques


Oh la la ! La ville en pose

Représenter la ville consiste à retranscrire tant son âme que son architecture. Les lignes franches des bâtiments se déploient dans un jeu de perspectives et proposent aux regards d’arpenter les rues et trottoirs réels ou stylisés. Au fil des paysages urbains du MANAS, découvrez comment les Naïfs et Singuliers content, décrivent ou inventent les villes.

Dimanche 26 mai à 15h30

3,00€


Conserver et protéger, les secrets du Musée se dévoilent !

Éclairage rare sur les coulisses des musées, une application innovante dévoile les secrets de la conservation en milieu muséal. Discipline à la croisée des connaissances, cette mission essentielle des musées de France allie à la fois méthode scientifique et dimension culturelle. Que se passe-t-il dans les réserves du musée ? Découvrez, à l’aide du numérique, comment la lumière, la température et l’humidité altèrent les collections !

Dimanche 30 juin à 15h30

3,00€


Art en vacances // Ateliers de création plastique en famille


Un livre et vous | Ateliers de création plastique en famille, à partir de 4 ans

Ody Saban s’est constitué une bibliothèque intime à partir de ses livres d’artiste uniques. Trésors intimes, ces œuvres réenchantent la vie et transportent les visiteurs dans des univers rêvés. Peinture, collage, dessin… par votre souffle créateur, transformez un vieil ouvrage en récit personnel : les textes s’envolent et laissent place à un univers coloré dont les pages en relief constitueront votre propre histoire.

Vendredis 12 et 19 avril, de 14h à 15h30

Gratuit, sur réservation au 02 53 74 12 30

N’oubliez pas d’apporter votre blouse et un vieil ouvrage !

Les petits papiers | Atelier de création plastique en famille, à partir de 4 ans

Parfois extravagante, souvent fantasque et toujours enthousiaste, Marie-Rose Lortet est une créatrice généreuse dont l’œuvre se déguste avec gourmandise. Elle manie inlassablement l’aiguille et l’épingle relatant des histoires d’enfance, des bribes de vie, des rêves incompris à travers ses structures où les fils diaphanes s’entremêlent aux papiers de chocolat.

Dimanche 28 avril de 15h30 à 16h30

Gratuit, sur réservation au 02 53 74 12 30

Textiles en folie | Ateliers de création plastique en famille, à partir de 4 ans

A l’occasion du cinquantième anniversaire des premiers pas de l’Homme sur la Lune, la médiathèque d’Entrammes et le MANAS vous décrochent les étoiles ! Prêt pour le départ ? Accrochez-vous pour le décollage, les mots d’une lecture au creux des étoiles vous porteront pour le début de votre voyage. Découvrez ensuite l’œuvre textile de Jacques Trovic et réalisez votre propre tapisserie dans une profusion de couleurs et de matières.

Mercredi 15 mai, de 14h30 à 16h

Gratuit, sur réservation au 02 43 69 03 59

Rendez-vous à la médiathèque d’Entrammes

 


Les acquisitions du musée


 

Le musée vient de s’enrichir de 2 oeuvres de François Monchâtre : « Bibliothèque HBN » et « Veuillez répondre à toutes nos questions »

Après avoir été formé dans une école des métiers d’art à Paris (section vitrail), François Monchâtre exerce divers petits métiers (marionnettiste, garçon d’ascenseur, étalagiste…) avant de se consacrer, à partir de 1959, à la peinture qu’il pratique déjà depuis plusieurs années. Ses compositions hautes en couleurs se revendiquent alors d’un Art Naïf teinté de Surréalisme.

A partir des années 70, l’artiste entreprend ce qu’il appelle sa « grande révolution » et abandonne la couleur au profit d’une peinture monochrome et du noir et blanc. C’est également à compter de cette période qu’il réalise ses premières sculptures baptisées OPNI (Objets Peints Non Identifiés).

Monchâtre tire son inspiration aussi bien de son enfance que des différents métiers qu’il a pu exercer. Des expériences de sa vie d’adulte, il fait naître des oeuvres absurdes et grinçantes dans lesquelles il met en scène ses Crétins : des personnages stéréotypés, toujours de profil, aux membre raides, aux traits durs et anguleux, portant costume et cravate. Ainsi visualise-t-il l’homme moderne, que ce soit l’employé pressé et stressé, qui passe sa vie à obéir en oubliant de rêver, ou le « petit chef », insignifiant et tyrannique.

Ingénieux constructeur, il invente depuis 1970 des machines, animées manuellement ou par un petit moteur électrique, qui ne servent à rien sinon à rêver. On retrouve dans ces objets mécanisés la fascination de Monchâtre pour l’aviation, le cinéma, l’automobile et les bibliothèques qu’il aime tant fréquenter.

En 1963, il expose chez Iris Clert où il côtoie Tinguely, Arman et César. Puis, rejoint en 1975 l’Atelier Jacob d’Alain Bourbonnais et participe à l’exposition « Les Singuliers de l’art » au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 1978. Depuis, il expose très régulièrement en France et à l’étranger. Il a, entre autres, participé à, à la Outsider Art Fair de New York en 2003 et a été exposé à la Halle Saint-Pierre, Paris, en 2013.