Toute l'actualité



Gérard Sendrey // EXPOSITION / 13 octobre – 27 janvier


Depuis plusieurs années, le MANAS s’est imposé comme l’institution incontournable des Singuliers de l’Art. Il ne pouvait de fait oublier un nom aussi essentiel que celui de Gérard Sendrey, créateur sans limite et explorateur artistique présent dans les plus grandes collections publiques et privées.

Les perpétuelles recherches plastiques de cet autodidacte nous mènent dans un univers déstabilisant par sa diversité, son originalité, son inventivité et sa profusion. Les 120 œuvres sélectionnées pour l’occasion permettent d’appréhender l’imaginaire débridé de celui qui, depuis plus de cinquante ans, se consacre quotidiennement à la création.

Touche à tout, Gérard Sendrey est un expérimentateur. Il manie le calame, le pinceau, le crayon, le stylo ou la plume, pour donner vie à ses figures déroutantes. Dans cette œuvre foisonnante, l’Homme est omniprésent, seul ou en couple, posant fréquemment un regard interrogateur sur le monde qui l’entoure.

C’est avec le plus grand plaisir que Laval rend hommage, non à celui qui a dirigé de 1988 à 2000 le Musée de la Création Franche de Bègles, mais au créateur et à son œuvre si dense et originale.

Visites commentées :

les dimanches 14 et 21 octobre, 4 et 18 novembre, 15h30 

les mercredis  24, 31 octobre, 17h

 


Student week // 2 et 3 octobre


Le MANAS participe à la Student Week, le Rendez-Vous étudiant à ne manquer sous aucun prétexte ! Foncez si vous avez envie d’explorer, frissonner, rencontrer…

Informations et inscriptions : cij.laval.fr ! (attention le nombre de participants est limité).

 

Le programme des jeux et animations sensorielles :

Murder Party, Mardi 2 octobre, de 19h à 22h

Des Mots pour voir, Mercredi 3 octobre, à 19 h et 21h

L’Art, le nez en l’air, Mercredi 3 octobre, à 20h et 22h

Escape Game, Mercredi 3 octobre, à 19h, 20h, 21h et 22h

 

GRATUIT

 


Quest’handi bouscule les Arts ! // 26 et 29 septembre


Le Musée participe aux journées « Bouscule les Arts » organisées par l’Association Quest’Handi.

 

L’Art le nez en l’air

Parfums et senteurs s’évaporent en une danse volatile. Fermez les yeux et sentez : une palette olfactive s’offre à vous et vous conte de façon inédite les œuvres du Musée. Violette, noisette, pamplemousse, lavande… les effluves se mêlent, saurez-vous les associer aux œuvres correspondantes ? Il vous faudra ensuite composer votre tableau parfumé à partir de fragrances colorées.

 

Mercredi 26 septembre, 15h30

Gratuit

 

Une Touche d’art

Sous vos mains, les sculptures et assemblages se dévoilent. Pendant cette visite, touchez la matière pour mieux la saisir !

 

Samedi 29 septembre, 15h30

Gratuit


Prochaines visites commentées de la collection // 23 et 30 septembre


Qu’est-ce que l’Art Naïf et les Arts Singuliers ? Qui sont les Primitifs modernes ? Que raconte Henri Trouillard ? Quels matériaux utilisent Pierre Albasser…

Accompagnés d’un médiateur, venez découvrir ou redécouvrir la collection d’Art Naïf et d’Arts Singuliers du musée !

Les dimanches 23 et 30 septembre, 15h30

Tarif : 3 €


Les acquisitions du musée


 

Le musée vient de s’enrichir de 2 oeuvres de François Monchâtre : « Bibliothèque HBN » et « Veuillez répondre à toutes nos questions »

Après avoir été formé dans une école des métiers d’art à Paris (section vitrail), François Monchâtre exerce divers petits métiers (marionnettiste, garçon d’ascenseur, étalagiste…) avant de se consacrer, à partir de 1959, à la peinture qu’il pratique déjà depuis plusieurs années. Ses compositions hautes en couleurs se revendiquent alors d’un Art Naïf teinté de Surréalisme.

A partir des années 70, l’artiste entreprend ce qu’il appelle sa « grande révolution » et abandonne la couleur au profit d’une peinture monochrome et du noir et blanc. C’est également à compter de cette période qu’il réalise ses premières sculptures baptisées OPNI (Objets Peints Non Identifiés).

Monchâtre tire son inspiration aussi bien de son enfance que des différents métiers qu’il a pu exercer. Des expériences de sa vie d’adulte, il fait naître des oeuvres absurdes et grinçantes dans lesquelles il met en scène ses Crétins : des personnages stéréotypés, toujours de profil, aux membre raides, aux traits durs et anguleux, portant costume et cravate. Ainsi visualise-t-il l’homme moderne, que ce soit l’employé pressé et stressé, qui passe sa vie à obéir en oubliant de rêver, ou le « petit chef », insignifiant et tyrannique.

Ingénieux constructeur, il invente depuis 1970 des machines, animées manuellement ou par un petit moteur électrique, qui ne servent à rien sinon à rêver. On retrouve dans ces objets mécanisés la fascination de Monchâtre pour l’aviation, le cinéma, l’automobile et les bibliothèques qu’il aime tant fréquenter.

En 1963, il expose chez Iris Clert où il côtoie Tinguely, Arman et César. Puis, rejoint en 1975 l’Atelier Jacob d’Alain Bourbonnais et participe à l’exposition « Les Singuliers de l’art » au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 1978. Depuis, il expose très régulièrement en France et à l’étranger. Il a, entre autres, participé à, à la Outsider Art Fair de New York en 2003 et a été exposé à la Halle Saint-Pierre, Paris, en 2013.